TerrorSpring
Meet the actual nature of MKO

Maryam Radjavi gardée en détention provisoire

0

Maryam Radjavi gardée
en détention provisoire

Des Iraniennes manifestent à Auvers-sur-Oise (AP)

La cour d’appel a rejeté les référés liberté des membres de l’Organisation des Moudjahidine du peuple iranien. Décès d’une Iranienne qui s’était immolée à Londres.

Par L’Obs

SUR LE MÊME SUJET

La présidente de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris a confirmé mardi le placement en détention provisoire de Maryam Radjavi et de dix autres Moudjahidine du peuple iranien écroués dimanche à Paris, a-t-on appris de source judiciaire.
La magistrate a rejeté les référés liberté déposés par les avocats des onze personnes poursuivies pour “appartenance à une association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste et financement du terrorisme”.
Cette demande sera examinée sur le fond le 1er juillet.
L’audience qui a permis l’étude des référés-liberté s’est déroulée dans le cabinet du président de la chambre de l’instruction, sans avocat ni représentant du parquet général et en l’absence des détenus.
La magistrate devait statuer le placement en détention provisoire au regard du seul dossier et des observations du parquet général et des avocats de la défense.
Maryam Radjavi avait été mise en examen dimanche matin par le juge Jean-Louis Bruguière.

Décès d’une Iranienne à Londres

Par ailleurs, la police britannique a annoncé mardi le décès d’une Iranienne qui s’était immolée par le feu devant l’ambassade de France à Londres la semaine dernière pour protester contre la vague d’arrestation de membres de l’Organisation des Moudjahidine du peuple iranien (OMPI).
La police n’a pas identifié cette femme mais a précisé qu’elle était morte des suites de ses blessures subies mercredi au cours d’une manifestation contre la mise en examen de dix-sept personnes, membres de l’OMPI
La police a précisé que cette manifestante est morte lundi après-midi à l’hôpital de Chelsea et Westminster.
Cette manifestante et trois hommes se sont immolées devant l’ambassade de France la semaine dernière contre le coup de filet visant les Moudjahidine Khalq. Les trois hommes ont survécu à leurs blessures.

“Provocation au suicide”

En France, deux Iraniens sympathisants de l’OMPI, mis en examen vendredi pour avoir aidé une Iranienne à s’immoler par le feu à Paris, ont été écroués lundi, a-t-on appris de source proche du dossier.
Les deux hommes, âgés de 47 et 51 ans, avaient été mis en examen vendredi pour “provocation au suicide” et “obstruction aux secours” pour l’un d’entre eux.
Ils avaient été interpellés mercredi peu après l’immolation de Sedighieh Mohageri, à proximité des locaux de la Direction de la surveillance du territoire (DST) à Paris (XVe arrondissement).
Les enquêteurs disposent d’éléments matériels attestant du concours apporté par les deux hommes à l’Iranienne: ils étaient au moment de leur interpellation en possession d’effets personnels de la victime et ont été filmés par une caméra de vidéosurveillance peu avant les faits en train d’acheter huit litres d’essence dans une station-service.

Décédée à l’hôpital

L’un des deux hommes aurait même tenté d’empêcher les forces de l’ordre de secourir la victime.
Ils faisaient partie des 165 personnes interpellées dans la matinée du 17 juin, dans le Val d’Oise et les Yvelines. Ils avaient été relâchés le soir même.
L’Iranienne Sedighieh Mojaveri, 42 ans, est décédée jeudi à l’hôpital militaire Percy de Clamart (Hauts-de-Seine) où elle se trouvait dans un état désespéré depuis son hospitalisation.
De source judiciaire, on indiquait que l’enquête judiciaire confiée au juge Baudouin Thouvenot pourrait permettre de déterminer si un mot d’ordre a été lancé incitant les sympathisants de l’OMPI à s’immoler ou s’il s’agit d’actes isolés.

Manifestation et grèves de la faim

A Auvers-sur-Oise (Val-d’Oise), environ 350 Moudjahidine du peuple iraniens étaient toujours rassemblés mardi matin devant le siège de leur organisation à et une quarantaine d’entre eux poursuivaient leur grève de la faim entamée jeudi, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.
Deux personnes ont été hospitalisées lundi en fin de matinée pour des problèmes ophtalmologiques, a-t-on indiqué à la préfecture de Cergy. Deux femmes de 48 ans et 46 ans ont été transportées à l’hôpital de Pontoise (Val-d’Oise), mais leurs jours ne sont pas en danger.
L’ambiance sur place est calme, a-t-on ajouté des même sources. Les Moudjahidine attendent sans relâche des nouvelles et la libération de Maryam Radjavi.
Les quarante grévistes de la faim continuent leur mouvement. Ils sont installés dehors, sous une bâche, les femmes d’un côté, les hommes de l’autre.
Cinq des sept proches des Moudjahidine du peuple iraniens admis entre dimanche et lundi aux urgences de Pontoise avaient quitté lundi matin l’hôpital, après y avoir pour trois d’entre eux, subi une réhydratation. Ces trois personnes avaient eu dimanche des “malaises répétés” au 4e jour d’une grève de la faim et de la soif commencée le 19 juin.

Source Link

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. AcceptRead More